Est-ce que le monde est sérieux ?

Rédigé par Ambre Nébuleuse Aucun commentaire
Classé dans : Babillage Mots clés : coup de gueule

Récemment, un message est passé sur le réseau Twitter et m'a fait hérisser les poils. Ce tweet parlait des gens qui croient plus à l'homéopathie qu'aux vaccins. Depuis quand du sucre va-t-il renforcer votre système immunitaire pour lutter contre le tétanos, par exemple ? Et chaque jour m'apporte son lot de « non mais les gens sont-il sérieux ? ».

Sur le plan scientifique

Nous sommes donc au XXIème siècle et nous avons une recrudescence de croyance, qui défie la science. Les gens ont une telle peur des Sciences, sûrement plus par méconnaissance que par bêtise, qu'ils préférent croire que du sucre va les guérir du cancer. Autant je ne remets pas en cause le côté bénéfique de l'effet placébo de l'homéopathie dans certains cas, autant la prôner comme produit miracle et naturel, je suis plus que dubitative. Le curare est naturel, ce n'est pas pour autant que je vais en prendre pour soigner mes insomnies !

Par le passé, ce qui faisait office de produit homéopathique, c'était la religion, donc la croyance. Une migraine ? Une prière. Hop ! Même aller voir le curé du village pour ne serait-ce que parler (pour rappel c'est un confident qui n'a pas le droit déontologique de divulguer ce que ses ouailles lui confie) ça a déjà des effets positifs. Et, devinez quoi ? Les gens continuent d'aller voir des personnes à qui confier leurs plus noirs secrets ou leurs plus grandes peurs, ce sont les psys qui remplacent de plus en plus le curé du village. Et une part d'entre eux sont médecins, donc scientifiques.

Parlons des gens qui vont consulter des psys. Non, ces gens ne sont pas des « fous ». Ce sont des personnes qui peuvent avoir des difficultés à un moment donné (une séparation difficile, un licenciement abusif, un décés brutal…) ou qui sont malades. La folie, telle qu'on l'entend dans l'imaginaire collectif, n'existe pas. Je ne suis pas spécialiste de la chose, loin de là, mais la plupart des maladies sont expliquées par la neurologie et la génétique, certaines d'entre elles sont carrément multifactorielles. Et ça fait parti des handicaps. Et culpabiliser les gens d'aller voir un psy c'est juste contre productif au possible ! À moins que vous ne vouliez assumer la responsabilité de leurs actes ?

De plus en plus de gens ressortent des « on m'a dit que » ou des « je suis persuadé·e que » quand il est question des vaccins. Et curieusement, c'est toujours les mêmes sujets qui ressortent.

— On m'a dit que les vaccins peuvent donner une sclérose en plaques !

— Je suis persuadé que mon fils est autiste à cause d'un vaccin.

— J'ai perdu mon bébé à cause d'un vaccin, je n'ai pas de preuve, mais c'est vrai.

Ce n'est pas sérieux, si ? Les gens ont donc si peu de connaissances scientifiques de base ? Les gens préfèrent mettre en danger leur progéniture ou des gens immumodéprimés parce qu'il existerait un risque non prouvé de danger lié à la vaccination ? C'est une question de santé publique, vous n'êtes pas tout seul sur Terre, bon sang de bois ! Et ne venez pas pleurer si votre gosse a contracté les oreillons et qu'il en est mort si en plus vous ne l'avez pas vacciné…

Quant au bébé qui décéde suite à un vaccin, c'est tragique, c'est sûr, mais là non plus aucune preuve n'est avéré, sinon il y aurait bien plus de décès de nourissons suite à la vaccination. Pour rappel, la mort subite du nourrisson n'est pas une légende et est encore et toujours un sujet de recherche médicale. On ne sait pas ce qui provoque ça, mais ça fait bien longtemps que les vaccins ont été éliminés de la liste des suspects !

Sur l'anonymat sur internet

Depuis une dizaine de jours, au moins, l'État français est vent debout contre l'anonymat. Sauf si vous vivez reclus au fond de votre grotte, vous en avez certainement entendu parler.

Sauf que c'est une fausse solution aux problèmes évoqués. Et quand on creuse un peu plus, on se rend compte que des gens ne font pas la différence entre l'anonymat et le pseudonymat. C'est un message négatif envoyé à de nombreuses personnes, dont les artistes, qui utilisent un nom de plume, ou des inconnus qui usent d'un pseudonyme pour protéger leur vie privée.

Que dire de gens comme Maître Eolas ou Zythom qui s'expriment sous pseudonyme pour se protéger et protéger leur famille tout en permettant aux gens de se faire une idée du métier d'avocat ou d'expert informatique judiciaire ? Doivent-ils renoncer à s'exprimer, à évacuer, sous prétexte qu'ils ne peuvent plus utiliser de pseudonyme ? Est-ce que, en tant qu'autrice, et utilisant un nom de plume, un peu comme un bouclier pour me donner du courage pour m'exprimer et créer, je dois divulguer mon identité réelle au tout venant, au risque de ne plus avoir envie d'écrire de peur d'être moquée par mon entourage ou mes collègues ?

Les techniciens informatiques savent parfaitement qu'il est difficile d'être totalement anonyme sur internet, d'autant plus sur les réseaux sociaux. Il est très facile même de faire des recoupements d'informations. À moins d'être très prudent et de bien tout cloisonner, il est difficile d'être totalement anonyme. De plus, les administrateurs des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook sont tenus, légalement, de fournir les informations qu'ils ont sur leurs utilisateurs à partir du moment où la justice en fait la demande.

Depuis quand les gens ont-ils peur des anonymes, surtout sur internet, au point de vouloir interdire le pseudonymat en ligne ? Le pseudonymat existe depuis des siècles. De nombreux artistes et détracteurs ont commencé à se faire connaître sous pseudonyme. La République s'en est toujours remise ! L'Humanité ne s'est pas écroulée !

Sur le sens critique

De plus en plus de journaux douteux apparaissent. Les gens ne font plus confiance aux « journaleux », pour reprendre cet immonde terme qui foisonne de plus en plus. Mais les journaux douteux donnent des « informations » qui vont dans le sens de leurs croyances, alors ils lisent ces journaux. Parce que ce sont de « vrais » journaux. Et même si l'information est douteuse. Même si ce qui est écrit est un mensonge pur et dur. C'est écrit dans un bon journal qui dit la même chose qu'eux, c'est donc forcément vrai. Et surtout, il ne faut pas croire les journaux traditionnels, en plus ils sont payants, ils sont donc forcément à la solde du gouvernement.

Mais vous avez fait quoi de votre sens de la critique ? Qu'avez-vous fait de votre notion du discernement ? Depuis quand un journal satirique, qui affiche en grand, en gras, et en rouge dans son entête que tout ce qu'il publie est faux, est à prendre au pied de la lettre ? Depuis quand est-ce que vous gobez tout ce qu'on vous raconte sans même vous poser ne serait-ce que la question : est-ce que c'est vrai ?

Pour avoir un minimum de sens critique, il faut un minimum de culture générale. Vous avez pourtant bien tous été à l'École, sauf cas exceptionnels, non ? On vous a pourtant bien appris à faire des exposés sur des sujets que vous ne connaissiez pas, et donc à faire des recherches, même simples, à en extraire de l'information, à l'agréger, à la recouper, et à vous demander si ce que vous avez lu est véridique et vérifiable ou non ? Alors vous attendez quoi pour l'utiliser au lieu de sortir des « il paraît que » ou « dans X ils disent que » ?

Est-ce que le monde est sérieux ?

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot uyjzpv ?

Fil RSS des commentaires de cet article